Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2013

L'homme écrasé par le mépris

«II y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective "business", soyons réalistes : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages.

«Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible.» Incroyable mais vrai ! Un responsable de TF1 - et non on ne sait quel intellectuel dont on mettrait immédiatement en doute les propos - admettait l'inadmissible. Et cet homme n'était autre que le PDG alors de la chaîne, Patrick Le Lay, qui répondait avec d'autres patrons aux questions des Associés d'EIM, société de conseil opérationnel, dans un livre sorti avant l'été 2004.

Préfacé par Ernest-Antoine Seillière, président du Medef à cette époque, cet ouvrage a pour titre : Les dirigeants face au changement (Editions du Huitième Jour). Et pour un changement, c'est un changement ! Finie l'hypocrisie ! La suffisance a ceci de vertueux qu'elle fait oublier toute prudence. A moins que ce ne soit la puissance de son groupe qui faisait assumer ainsi au N°1 de TF1 son «métier». Intouchable, il pouvait se permettre jusqu'à la vérité.

Peut-être même qu'il pesait ses mots et n'y voyait rien de cynique ? C'est vrai quoi ! qu'y a-t-il de scandaleux dans le fait de mettre en condition des êtres humains afin de les rendre perméables à toutes les "bonnes" influences !? N'est-ce pas l'un des buts de bien des institutions !? D'ailleurs, l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris - Sciences-Po - ne disait pas autre chose cette année-là dans son document de présentation de sa nouvelle école de journalisme.

Le journal Le Monde rapportait que «La mission des journalistes, qualifiés d’"acteurs éminents de la régulation sociale", est définie comme "un travail d'explication". La formation aux métiers du journalisme doit donc développer "une prise de conscience, par chacun, de sa part de responsabilité professionnelle"». En clair : priorité à l'harmonie nationale. Non aux "incontrôlables" qui risqueraient par leurs critiques de troubler les esprits et l'ordre !

Ceci dit, qu'est-ce que cela changerait si «le téléspectateur» l'apprenait ?! Francis Fukuyama dans La Fin de l'homme (Editions de la Table Ronde) cite Léon Kass : «(...) les gens déshumanisés à la façon du Meilleur des mondes ne sont pas misérables : ils ne savent pas qu'ils sont déshumanisés et - ce qui est bien pire - ils s'en moqueraient s'ils venaient à le savoir. Ce sont, réellement, des esclaves heureux, d'un parfait bonheur servile».

Les commentaires sont fermés.