Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2019

Vivre ensemble

Dans nos sociétés de tolérance où paraît-il le respect de la différence progresse, pourquoi a-t-on l'impression qu'il est de plus en plus difficile de vivre ensemble ? Est-ce la concentration et la promiscuité dans les villes, sur les routes... ? Est-ce le développement de l'égocentrisme lié à celui de l'individualisme ? En tout cas, l'autre semble devenir très vite insupportable. L'autre, c'est le conjoint, l'enfant, le parent, le professeur, le voisin, l'automobiliste, le "deux-roues" ou le piéton, le collègue, le subordonné ou le responsable..., tous ceux qui d'une manière ou d'une autre nous contredisent, nous contrarient ou se distinguent.

Notre liberté s'arrête là où commence celle des autres. Et donc la liberté de l'autre nous gêne. Mais plus grave, les condamnations définitives sur les premières impressions, sur l'apparence physique ou vestimentaire, sur les croyances ou les convictions, sur l'origine et même sur l'existence de l'autre notamment quand il est "anormal", se font de plus en plus jour. Refuser la dictature de ses instincts, de ses pulsions, de ses humeurs, de ses préjugés, de ses seuls intérêts, n'est-ce pas pourtant là se libérer et atteindre vraiment la dimension humaine ? Cela passe par l'éducation qui est censée nous apprendre l'observance de règles (lois, codes, règlements...), sans lesquelles toute vie en société est impossible.

Mais le Droit a ses limites. Au delà, la morale et le savoir-vivre sont les seuls moyens de garantir une vie harmonieuse. Si Dieu n'existe pas, tout est permis, suggérait Dostoïevski dans Les Frères Karamazov. Ce qui dans nos sociétés désenchantées pourrait se traduire par : sans transcendance, plus d’interdits. Ou ce qui donne une expression particulièrement symbolique : "Dieu seul me voit". Que mettons-nous au-dessus de nous ? Si ce n'est Dieu, est-ce l'Homme, la Démocratie, la Loi, la Vie... ou nous-mêmes ? Albert Schweitzer estimait que le fondement de ce qu'on appelle la civilisation est le respect de la vie, qu'elle soit végétale, animale ou humaine. Qu'en est-il de notre civilisation ?

Ce siècle de barbarie et de sauvagerie que fut le XXème siècle, a vu en même temps que le progrès technique, triompher la grossièreté, l'ignorance, la rudesse mais aussi la brutalité, la cruauté, la férocité. Il se prolongera si nous ne parvenons pas à considérer l'autre comme un être vivant, unique et sacré, comme notre égal sans être notre pareil, si nous ne trouvons pas le chemin de la bonté, de l'humanité et - pourquoi pas ? - du raffinement.

01/02/2019

Résister au "Métro, boulot, dodo"

II y a des phrases qui vous restent en mémoire, on ne sait pourquoi, dont vous ignorez la provenance et même l'auteur. Ainsi celle-ci : «Il n'y a que deux façons pour l'Homme de rester digne dans une station de métro. Soit il monte le dernier, soit il reste sur le quai». Quelle comparaison plus pertinente avec notre train-train quotidien, que ce mode de transport en commun, rapide et pratique, plus souterrain qu'aérien !?

«Rame, rame, rameurs ramez. On avance à rien dans c'canoë. Là-haut, on t'mène en bateau. Tu n'pourras jamais tout quitter, t'en aller. Tais-toi et rame» chante Alain Souchon. La musique adoucissant les mœurs, il n'est pas exclu que cet air soit diffusé pour tranquilliser les masses dans les rames (justement) des métros. Et de fait, le passager ne pipe pas, comme accablé ou dégoûté de tout ; se préparant à ramer.

Car qui dit métro dit boulot. En tout cas pour le travailleur-voyageur qui se rend à (ou revient de) sa "boîte". On lui dit et répète qu'il ne faut pas manquer les trains qui passent, mais prendre le train en marche. Alors il bosse dans l'espoir ténu d'une "opportunité" qui lui ferait quitter cet enfer. Parce qu'il "faut bien bouffer". Et puis il court pour ne pas rater le dernier métro ; en attendant le dodo et ses rêves réparateurs.

Après avoir travaillé comme une bête de somme, l'usager emporté par la foule, comme un animal domestiqué, suit le troupeau. Tel un zombi, il traverse les couloirs blafards du métro. Plus seul que s'il était dans un désert. Absent et las. Promiscuité, inconfort, bousculades..., voilà son triste sort. On ne saluera jamais assez la patience et peut-être aussi l'excellence du dressage qui entraînent ainsi une telle passivité.

Comme une vache regarde passer un train, il contemple avec un air abruti sa vie qui s'écoule, canalisée. Sans chercher à lui faire prendre une autre direction. De portillons en portes automatiques, de couloirs en lignes, de bouches en tunnels, perdu dans le réseau, dans le labyrinthe de ses pensées, il s'abandonne. Le métropolitain des grandes villes et des banlieues charriant ainsi ses tombereaux de moutons de Panurge.

Pour rester digne sur ce chemin de fer urbain, l'Homme n'a donc pas d'autre choix que de garder ses distances, ne pas se précipiter dans le flux migratoire, laisser passer les plus pressés d'être pressurés. Il peut aussi laisser passer la rame, et puis les autres rames, juste pour sortir des rails, emprunter des chemins de traverse, trouver sa voie. «La seule dignité de l'homme : la révolte tenace contre sa condition», écrivait Camus.

25/01/2019

Petit dictionnaire du "Totalitaire"

Propagande : action exercée sur l'opinion pour l'amener à avoir certaines idées politiques et sociales, à soutenir une politique, un gouvernement, un représentant.

Intoxication : action insidieuse sur les esprits, tendant à accréditer certaines opinions, à démoraliser, à dérouter. - Effet lent et insidieux sur l'esprit de certaines influences, qui émoussent le sens critique ou le sens moral.

Manipulation : emprise occulte exercée sur un groupe (ou un individu). - Manœuvre destinée à tromper. Fait d'amener insidieusement quelqu'un à tel ou tel comportement, de le diriger à sa guise.

Injure : injustice, traitement injuste. - Parole qui blesse d'une manière grave et consciente.

Anathème : à l'origine, excommunication majeure prononcée contre les hérétiques ou les ennemis de la foi catholique. Condamnation totale. - Condamnation publique ; blâme sévère, solennel.

Mensonge : assertion sciemment contraire à la vérité, faite dans l'intention de tromper.

Amalgame : méthode consistant à englober artificiellement, en exploitant un point commun, diverses formations ou attitudes politiques. - Assimilation abusive, à des fins polémiques en politique, notamment.

Procès d'intention : accusation fondée non pas sur ce que quelqu'un a fait ou dit, mais sur les intentions qu'on lui prête.

Chasse aux sorcières : poursuite systématique par un gouvernement ou un parti de ses opposants politiques ; persécution organisée.

Totalitarisme : système politique caractérisé par la soumission complète des existences individuelles à un ordre collectif que fait régner un pouvoir dictatorial.

Toute ressemblance avec des pratiques employées dans un régime "démocratique" de votre connaissance, serait purement fortuite.

Sources : Le Petit Larousse Compact 2000, Le Petit Robert 1985.