Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2013

Nés pour faire un monde meilleur

«Lorsque l'enfant paraît (...)», lorsqu'il vient au monde, on dit que le père souvent lève le nouveau-né vers le ciel. Peut-être pour le montrer au monde et lui montrer le monde. Peut-être pour le confier à la providence, divine ou non. Peut-être aussi tout simplement pour l’élever plus haut que lui et s'engager à en faire un homme meilleur que lui, qui le temps venu, prendra en charge une part des affaires humaines de ce bas monde.

«Laissées à elles-mêmes, les affaires humaines, écrit Hannah Arendt dans Condition de l'homme moderne, ne peuvent qu'obéir à la loi de la mortalité, la loi la plus sûre, la seule loi certaine d'une vie passée entre naissance et mort.» Mais elle ajoute : «C'est la faculté d'agir qui interfère avec cette loi parce qu'elle interrompt l'automatisme inexorable de la vie quotidienne (...)» et brise «le cycle éternel du devenir», «la fatalité».

Ce qui fait l'éternité de l'homme peut-être, c'est d'avoir une action sur le monde, de le marquer de son empreinte, de laisser une trace de son passage. Non pas "faire avec", se contenter du monde, mais "faire", accomplir, "refaire le monde" : "imaginer des solutions pour le transformer en l'améliorant". Non lui redonner l'apparence du neuf, non "refaire à neuf", mais "faire du neuf", "changer le monde", "inventer un monde nouveau".

Hannah Arendt dit encore : «(...) les hommes, bien qu'ils doivent mourir, ne sont pas nés pour mourir, mais pour innover». Mais ce monde plus beau à faire ensemble, ne pourra être atteint tant que des hommes ne feront que se servir du monde, l'utiliser à leur profit, l'exploiter, le vouant ainsi à la dégradation, à l'épuisement, à la destruction. Alors que le pouvoir d'agir sur le monde, de le renouveler, de le régénérer, élève l'homme.

Mais ce qu'on n'a pas pu, su ou voulu faire, peut-être nos descendants le feront. L'enfant devenu grand aura ce pouvoir «de commencer du neuf». Car «Le miracle qui sauve le monde, le domaine des affaires humaines, de la ruine normale, "naturelle", c'est finalement le fait de la natalité (...). (...) c'est la naissance d'hommes nouveaux, le fait qu'ils commencent à nouveau, l'action dont ils sont capables par droit de naissance».

«Seule l'expérience totale de cette capacité peut octroyer aux affaires humaines la foi et l'espérance (...), conclut Hannah Arendt. C'est cette espérance et cette foi dans le monde qui ont trouvé sans doute leur expression la plus succincte, la plus glorieuse dans la petite phrase des Evangiles annonçant leur "bonne nouvelle" : "Un enfant nous est né".» L'enfant nous fait croire à la promesse de l'avènement d'un monde meilleur.

08/03/2013

L'espérance fait vivre

Peut-on vivre sans espérance ? Nous avons vu la dernière fois la progression historique de l'espérance de vie (c'est-à-dire la durée moyenne de vie, établie statistiquement sur la base des taux de mortalité). Mais l'année dernière en France métropolitaine, 560 000 décès ont été enregistrés pour un taux brut de mortalité de 8,6 décès pour 1000 habitants qui «ne baisse plus depuis 2004» indique l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), ajoutant que «l'espérance de vie marque le pas».

De son côté, l'Institut national d'études démographiques (Ined) s'interrogeait dans son numéro de décembre 2010 de Population et sociétés, "Espérance de vie : peut-on gagner trois mois par an indéfiniment ?". Quant à Lylian Le Goff, docteur en médecine, membre de la mission "Biotechnologie" de France Nature Environnement, et à Philippe Desbrosses, agriculteur, docteur en sciences de l'environnement, soucieux de la prévention des risques, c'est dès 2002 qu'ils faisaient part de leur inquiétude pour l'avenir.

Dans le livre Combien de catastrophes avant d'agir ? Manifeste pour l'environnement signé de Nicolas Hulot et du Comité de veille écologique, aux éditions du Seuil, ils semblaient même trouver un peu légères les promesses de vieillesses infinies. «L'espérance de vie, écrivaient-ils, est liée à la qualité de vie, qui elle-même résulte de nombreux facteurs, non seulement alimentaires et sanitaires, mais aussi socio-économiques ; ...

«... les effets de ces facteurs se manifestent avec un décalage dans le temps qui est de l'ordre de deux à trois générations (...).» Pour résumer, la longévité des générations présentes résulterait selon eux pour l'essentiel, des conditions de vie passées, et ne présumerait en rien la longévité des générations futures. «Rien n'est jamais acquis à l'homme (...) Et quand il croit Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix (…)» dirait Aragon.

De fait, «nous assistons, continuaient-ils, non seulement à l'accroissement des pollutions et à l'altération de la qualité intrinsèque des aliments, mais aussi à une remise en cause globale de la qualité de vie, dont les effets les plus néfastes se manifesteront avec un décalage». Et ils rappelaient que «faute de répondre aux qualités nécessaires à l'entretien de la vie, l'alimentation joue un rôle dans 80 % des maladies (40 % des cancers)».

D'ailleurs, «les cancers sont de plus en plus nombreux, particulièrement chez de jeunes adultes, ce qui est significatif, prétendaient-ils, de l'altération des conditions de vie, notamment par la pollution». D'où la possibilité d'une «cassure de l'espérance de vie» annoncée par certains épidémiologistes, en particulier de l'Office mondial de la santé. Si cela s'avérait exact, quelle espérance resterait-il alors à l'homme, pour vivre ?

05/03/2013

Espérance de vie : du passé au présent

Le numéro de mars 2003 de Population et sociétés, le bulletin mensuel d'information de l'Institut national d'études démographiques (Ined), débutait par ces mots de Gilles Pison : «De nos jours, l'espérance de vie à la naissance atteint 79 ans en France, d'après les données de l'état civil» (plus précisément : «75,6 ans pour les hommes et 82,9 ans pour les femmes»). Un chiffre extraordinaire quand on le compare à celui d'il y a un siècle : 45 ans ! Et qui dix ans plus tard continue de progresser : 81,4 ans en 2012 (78,4 ans pour les hommes et 84,8 ans pour les femmes).

«Depuis une trentaine d'années, ajoutait un autre numéro de Population et sociétés de juin 2002, son augmentation résulte principalement du recul de la mortalité chez les personnes âgées». On peut donc avancer qu'auparavant, c'est essentiellement par la baisse de la mortalité infantile que les gains d'espérance de vie ont été obtenus. Et ce grâce aux progrès de l'hygiène et de la médecine : assainissement, désinfection, vaccination...

C'est cette mortalité infantile qui a longtemps "trompé son monde". «Les démographes (...) il y a cinquante ans (...) ont établi que l'espérance de vie à la naissance était de l'ordre de 25 ans aux XVIIe et XVIIIe siècles en France. Cette mesure, qui indique l'âge moyen au décès, est souvent mal interprétée : ce n'est pas à 25 ans que la plupart des gens mouraient. Au moins un nourrisson sur quatre n'atteignait pas l'âge d'un an.»

«Après la première année, la mortalité diminuait assez vite, mais à l'âge de 11 ans, la moitié des enfants avaient déjà disparu (...). Ceux qui avaient réussi à survivre jusqu'à l'âge de 20 ans avaient encore devant eux une espérance de vie d'environ 35 ans, soit davantage qu'à la naissance ; ils mouraient donc autour de 55 ans en moyenne. Un adulte sur deux approchait la soixantaine et une fraction importante la dépassait.»

Voilà qui tord le cou à bien des idées reçues : il y avait en ce temps-là des vieillards, certes peu nombreux mais, nous précisait Claude Masset du CNRS, «dont le rôle social était important». Et ceci reste vrai pour les périodes antérieures : «Disons (...) que la mortalité n'était jadis élevée que chez les vieillards (...) et chez les très jeunes enfants, la majorité des adultes se trouvant largement épargné(sauf «famine, guerre ou épidémie»).

Retour au XXe siècle. L'Ined soulignait que «parmi les personnes nées en 1905, 30 % des hommes et 49 % des femmes ont survécu jusqu'à 75 ans, alors que parmi celles nées en 1925, elles étaient respectivement 44 % et 66 % à être encore en vie à cet âge». Et l'on nous promet maintenant 25 ans d'espérance de vie après 60 ans, et même plus de 28 ans en 2040. Une progression qui explique les régressions passées, présentes et à venir sur les retraites.