Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2019

L'euro à défaut d'Europe

Il faut se rappeler le début du mois de janvier 2002, se replacer même dans l'époque pas si lointaine où l'on pouvait rire encore de nous-mêmes, de nos sottises, de notre naïveté...

"L'euro est arrivé, sans se presser, le bel euro, le grand euro, avec son qui veut dire Euro. Euro, euro, renard rusé qui fait sa loi ; euro, euro, vainqueur, tu l'es à chaque fois". Voilà ce que l'on pouvait s'amuser à fredonner : un petit pot-pourri de chansons sur l'air de Zorro, en l'honneur d'une monnaie unique qui à force d'être annoncée, avait fini par lasser. Car aussi incroyable que cela puisse paraître, en matière d'événement, l'euro, ce fut zéro !

Fallait-il que nous soyons revenus de tout pour que la disparition du franc n'éveille en nous aucune tristesse, et que l'apparition de l'euro ne donne lieu à aucune liesse ! Pas de manifestation de grande envergure, de cérémonie en grande pompe, chacun y allait de ses lieux communs et plaisanteries en tout genre. Face à ce tournant de l'histoire, nous étions aussi blindés que la porte de la Banque centrale.

A moins que plus prosaïquement, l'événement ne méritait pas que l'on s'y attarde. Et mis à part quelques illuminés embrassant les nouveaux précieux billets, chacun remettait à sa place ce qui n'était en fait qu'une vulgaire histoire d'argent. Le temps d'un voyage qui pensait-on se prolongerait, nous étions confrontés à une monnaie inconnue qui ne nous demanderait que quelques semaines pour être apprivoisée.

Mais exceptée la monnaie, rien n'avait changé. Les prix semblaient être restés à peu de choses près les mêmes et nos revenus n'avaient pas augmenté. La vie reprenait son cours, bien loin des fluctuations des cours de l'euro. De tous côtés, ne l'oublions pas, on nous promettait la stabilité, la croissance, le plein emploi, la convergence des économies européennes (!) ; on nous promettait la facilité dans nos déplacements, dans nos paiements ; on nous promettait une mobilité plus grande.

Combien étions-nous et sommes-nous à voyager régulièrement dans les douze pays de "l’Euroland" d'alors, les dix-neuf d'aujourd'hui, à y travailler tous les jours, à y acheter fréquemment des biens ou des services ? Combien étions-nous et sommes-nous à vouloir ou à pouvoir y voyager, travailler ou acheter ? Si l'euro ne pouvait que favoriser les échanges, l'Europe pouvait-elle se réduire à un vaste espace marchand et l'Européen à un simple consommateur ?

Tout se vend et tout s'achète dans le grand commerce européen. Et l'euro n'était qu'un problème technique à surmonter. Bientôt nous n'en avons même plus parlé, occupés que nous étions à en gagner et à en dépenser. Sans autre horizon. A l'image de cette Europe gérée à la petite semaine et vide de sens, qui confondait (et confond encore) la fin et les moyens. L'euro en était un, mais la seule question qui valait était : "quelle finalité pour l'Europe ?". Jusqu'à cette crise profonde de l'Union européenne.

25/02/2014

Un peuple à mater

Nous devons garder en mémoire que tout s'est passé comme s'il ne s'était rien passé. Le Non tonitruant du 29 mai 2005 n'a donné lieu, côté scène, qu'à des pantomimes où l'on a fait mine d'avoir compris cette fois pour de bon et, côté coulisses, qu'à des tractations où l'on n'a défendu que son bifteck, le tout avec l'arrière-pensée de "repasser le plat" sous une forme ou sous une autre et d’"emporter le morceau", ce qui fut fait avec le traité de Lisbonne.

La cuisine politicienne avait repris de plus belle, "comme si de rien n'était". Le coup de semonce lors de l'élection présidentielle de 2002 n'aura donc eu aucun effet et la canonnade lors du référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe, pas davantage. L'écrivain Philippe Meyer l'avait pressenti dans son ouvrage Démolition avant travaux paru chez Robert Laffont il y a une douzaine d'années. Citant Tacite : «Ils créent le désert et ils l'appellent la paix», il avait peut-être mis le doigt sur l'essentiel.

Notre démocratie est apaisée car désertée. "Faire le vide autour d'eux" permet aux pouvoirs d'avoir la paix et la liberté d'agir. Philippe Séguin disait à L’Est Républicain : «(...) notre démocratie fonctionne (...) à vide. (...) Dans la mondialisation - telle qu'on la laisse filer - et l'Europe - telle qu'on la construit - ilyadissociation entre lieux de débat et lieux de décision. Là où l'on décide vraiment, on ne débat pas. Là où l'on débat, on décide de moins en moins».

Pour Philippe Meyer, le sociologue nord-américain David Riesman avait vu juste dans son livre La Foule solitaire édité en 1951. Nos sociétés sont désormais caractérisées par «la concentration du pouvoir en un nombre restreint de mains et la réduction du peuple à une masse de consommateurs». Tout s'échange contre de l'argent, seul roi, «autant les biens que les services, les idées que les émotions, les avoirs que la culture».

«Dans cette situation, les élites» n'ont «plus avec la masse que des relations de manipulation destinées à exciter ses appétits (y compris celui du changement) et à répandre certains modes de comportement et de pensée.» Et si des «règles précises et contraignantes», des «prescriptions», des «obligations et des interdictions» sont contre-productives, «des directives insinuées, présentées comme des évidences» s'avèrent payantes.

«Diffuser des incitations et des intimidations, des slogans publicitaires ou politiques, des proclamations éthiques ou civiques...», telle est donc la principale mission des «classes dirigeantes» cherchant «la perpétuation et l'expansion de leurs avantages». Toutefois, amené à faire ce qu'il ne veut pas et à ne pas faire ce qu'il veut, le peuple peut se cabrer. En haut lieu on n'en est pas moins persuadé de pouvoir tôt ou tard mater les résistances.

14/02/2014

Du libre choix en démocratie

«(...) Il faut, à l'évidence, que les questions européennes soient sérieusement débattues, tant elles dominent l'avenir de chacune des nations d'Europe. Laisser se poursuivre le face-à-face stérile entre les inconditionnellement "pour" et les tout aussi inconditionnellement "contre" est le meilleur moyen pour ne pas progresser. Seul le doute méthodique est constructif, surtout lorsque rien n'est encore joué» écrivait Jean-Paul Fitoussi.

Celui-ci était alors (en 2005) président de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), professeur à l'Institut d'études politiques de Paris et éditorialiste au Monde. Il s'exprimait dans un entretien avec Jean-Claude Guillebaud intitulé La politique de l'impuissance chez Arléa. Le doute méthodique dont il parlait est celui de Descartes qui fonde la méthode cartésienne, ce doute «(...) qui laisse à l'esprit sa liberté et son initiative» disait Claude Bernard.

Et cet économiste de renom défendait sa liberté de penser. Il dénonçait «L'effort de communication» qui «consista» sous prétexte de mondialisation «à convaincre les populations qu'il n'y avait pas d'alternative», pas de solution de remplacement. «"Le cercle de la raison" délimitait un seul chemin, une seule politique.» Ce qui revient à «(...) empêcher toute alternance réelle (c'est-à-dire l'alternance des idées, non celle des hommes)».

Et s'il n'y a pas d'alternance réelle, il n'y a pas de démocratie réelle. Si nous n'avons pas le choix, nous ne sommes pas libres, mais prisonniers de la "pensée unique", ce «phénomène» qui «est le fruit d'une classe dirigeante, hautement qualifiée, dont il sert les intérêts». Et, poursuivait Jean-Paul Fitoussi qui se faisait grave : «(...) sur le long terme, on sait que l'absence de démocratie ne peut qu'aboutir à la destruction de l'Europe».

Il n'y a pas disait-il «qu'une seule réponse aux problèmes que la société traverse». L'on pourrait ajouter qu'il ne faut pas croire non plus qu'il n'y a que de "moins mauvaises solutions" et que "De deux maux, il faut choisir le moindre". Il faut se méfier des idées toutes faites, souvent fausses, et examiner avec soin "les remèdes à nos maux" qui sont préconisés, tant l'on constate que fréquemment "Le remède est pire que le mal".

Sortir de ce cercle infernal, tel est le défi. Et l'invention de solutions nouvelles, alternatives - "laissant le choix" -, ne pourra venir que d'esprits libres, ouverts. Loin de l'opinion ou du raisonnement systématique, loin du refus ou du soutien systématique, il y a le doute qui interroge les faits, explore tous les possibles et ouvre «l'espace des choix», lieu du débat démocratique où le citoyen doit "Avoir son mot à dire" et "le dernier mot".