Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2012

Le plus grand cirque du monde

Les dieux du stade ont donc investi les arènes de Londres. Devant des centaines de caméras, ils vont aller d'exploits en exploits, les commentateurs s'enflammant dans l'espoir d'entretenir notre intérêt pour ce qui n'est en définitive que des personnes qui courent, qui sautent ou qui lancent. Le monde entier, c'est-à-dire les habitants de la planète qui ont l'électricité et accès à la télévision, n'aura d'yeux que pour ces héros modernes, figures emblématiques de nos sociétés qui vouent un culte au corps, à la jeunesse et à la performance.

Plus vite, plus haut, plus fort, tel est le leitmotiv de ces Olympiades. Et Pierre de Coubertin doit se retourner dans sa tombe en voyant ces jeux transformés en enjeux médiatiques, politiques et financiers. L'essentiel n'étant plus évidemment de participer mais bien de gagner et parfois par tous les moyens. En termes d'image, de notoriété, de rentabilité, les JO sont une affaire, une gigantesque affaire de gros sous mais aussi une affaire de pouvoir. Les empereurs romains avaient déjà compris tout le parti qu'ils pouvaient tirer des combats de gladiateurs. «Panem et circenses», du pain et des jeux de cirque, voilà une méthode infaillible pour gouverner ou, devrions-nous plutôt dire, manœuvrer les hommes.

Mais pour l'occupation des masses, il ne peut y avoir de trou dans l'agenda du divertissement. L'euphorie se doit d'être perpétuelle (titre, en italique, d'un livre de Pascal Bruckner chez Grasset). Le spectacle permanent, voilà le mot d'ordre. Les médias, les sponsors, les Etats et nous spectateurs réclamons des compétitions, des records, des vainqueurs et des médailles. Ah ! ces champions au garde-à-vous tenant fièrement leur récompense, ces drapeaux qui claquent au vent et ces Marseillaises. Mais pendant que «l'étendard sanglant est levé», «qu’un sang impur abreuve nos sillons», que disons-nous, que faisons-nous du sang dopé qui coule dans les veines de combien d'athlètes montrés en exemple ?!

Eh bien ! malgré tout, nous regarderons ces conquérants de l'inutile se dépenser (pas vraiment sans compter) pour des gloires passagères et des trophées dérisoires. Peut-être juste pour s'enthousiasmer, peut-être pour rêver. Peut-être aussi pour combler le vide de nos existences et l'absence de sens de notre société où, au moment des jeux de Sydney en 2000, une vedette multimillionnaire du football¹, certes douée et sympathique, détrônait au hit-parade de nos personnalités préférées, un religieux sans le sou² ayant voué sa vie à ceux qui ne sont ni compétitifs, ni jeunes, ni en bonne santé, et qui n'ont ni l'électricité ni la télévision.

¹ Zinedine Zidane ; ² l'abbé Pierre

09/07/2012

Au détour du Tour

Comme il y a huit ans, le Tour de France fait un détour par Besançon pour un contre-la-montre individuel qui s'imposait dans "la capitale du temps". A l'image d'une société où chaque individu ou entreprise est tout entier engagé dans une course contre la montre, cette épreuve voit chaque coureur s'élancer seul pour tenter d'aller le plus vite possible et plus vite que les autres concurrents. Car dans cette compétition aussi, «Le temps c'est de l'argent». Il ne faut donc pas en perdre sur les 41,5 km de cette neuvième étape.

En 2004, Lance Armstrong, surnommé "le Boss" et recordman du Tour avec sept victoires consécutives, avait été le plus rapide sur les soixante kilomètres du parcours de l'avant-dernière étape, la dix-neuvième. Le lendemain, c'était l'arrivée triomphale à Paris la capitale, et le défilé des valeureux cyclistes à l'ombre de l'Arc de triomphe, comme à Rome les guerriers vainqueurs couverts de lauriers. Le sport, pour paraphraser Françoise Giroud qui parlait du football, «c'est la guerre sans morts» ; en règle générale du moins.

Car il n'est plus rare de constater des maladies, des blessures et même des morts prématurées chez des sportifs ou anciens sportifs théoriquement pleins de santé ; comme il n'est plus rare de voir des spectateurs blessés parfois à mort sur les théâtres des exploits de leurs héros. Des exploits sans cesse améliorés, des limites du possible sans cesse reculées, pour assurer le spectacle ; fût-ce au mépris de la règle et de la vie.

Mais quoi qu'il en soit, le public se presse pour attendre des heures durant ce Barnum, ce grand cirque itinérant, et regarder passer en trombe la caravane publicitaire suivie de ces champions-sandwichs monnayant leurs prestations. Les "objets promo" jetés non sans mépris, sont l'objet de toutes les convoitises. Comme il est facile de flatter nos vices ! Et comme il semble difficile, au vu de cette ruée, de tomber plus bas !

Alors, pour changer d'air, la télévision apparaît pour une fois, comme une porte de sortie pour prendre l'air, une lucarne ouverte pour s'élever dans les airs. Vue du ciel, que la France est jolie, que la campagne est belle ! Les images d'hélicoptère amenuisent nos petitesses et nous rendent paradoxalement notre grandeur. Celle des défricheurs, des aménageurs, des bâtisseurs qui ont accompli des prouesses au cours des siècles.

En prenant ainsi de la hauteur, ces paysages pétris pour beaucoup par les mains des paysans d'hier et d'aujourd'hui, prennent toute leur dimension, tout leur relief. Ce patrimoine naturel et culturel s'étale devant nos yeux éblouis. Ajouté à un patrimoine architectural souvent remarquable, et nous voilà devant ce qu'il faut bien appeler un pays de cocagne débordant de merveilles. La France "vaut le détour", on n'a pas fini d'en faire le tour.

29/06/2012

Le dopage généralisé

Le dopage de "haut niveau" résulterait de la pression des sponsors, des médias, des annonceurs, des familles, des spectateurs, du pays tout entier. Mais comment expliquer le dopage au quotidien ? Ici nulle pression financière, médiatique, politique. Non, simplement l'obsession de la réussite à l'école, aux examens, dans l'entreprise, dans ses loisirs... Fortifiants, excitants, stimulants sont autant de "bâtons de jeunesse" pour se rassurer, être en forme, être le meilleur. Le culte de la performance, qui bat son plein en cette période d'Euro de football, de Tour de France ou de JO, n'explique cependant pas tout. Il y a aussi ce besoin de bien-être, de s'évader de la réalité. Tabac, alcool, calmants, médicaments, télévision, jeux vidéos, distractions en tout genre - dont le sport lui-même -..., autant de drogues auxquelles nous pouvons nous accoutumer et qui loin de nous libérer, nous rendent dépendants.

Le sport, qui devrait d'abord être une activité physique et ludique, nécessite efforts, discipline, respect des règles et fair-play. Voilà qui n'est guère à la mode. Devenus un spectacle aux enjeux vertigineux, les sports médiatisés n'obéissent plus en fait qu'à des intérêts qu'il faut avant tout sauvegarder. Et certains de ceux qui savent depuis toujours, condamnent officiellement ces pratiques de dopage voire peuvent se porter partie civile à des procès, tout en évitant de faire rechercher les produits dopants et "masquants" les plus en pointe utilisés chez les grandes nations ou, tout au moins, tout en n'ignorant rien des multiples façons de contourner les contrôles. Hypocrisie, mensonge, tricherie sont les mots qui caractérisent le mieux ces "milieux" où se côtoient des sportifs, des dirigeants, des entraîneurs, des médecins, des sponsors, des organisateurs, des pharmaciens, des politiques, des journalistes...

Le dopage trouve sa source dans une société cupide, envieuse et rancunière dans laquelle on évalue, on compare, on convoite, on se mesure, on se confronte, on se venge. Il se développe dans une société d'apparences, d'esbroufe et d'artifices dans laquelle on masque ses doutes, ses inquiétudes, ses défauts, mais aussi sa faiblesse, sa paresse, son refus de se plier aux règles du jeu et d'envisager ou d'accepter la défaite. Il se généralise dans une société de tolérance, de connivence et de lâcheté dans laquelle on laisse faire, on couvre ou on excuse. Devancer, dépasser, battre, vaincre, gagner (plus)... même sans mérite, voilà à quoi sont réduites nos valeurs, pas seulement sportives. Et quoi qu'il arrive, le spectacle continue, celui d'une lutte inégale et déloyale où ce qui compte est d'emporter la victoire et d'empocher ses gains, pour notre plus grand divertissement.