Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

Donner un sens ou faire de l'effet

«Si j'étais chargé de gouverner, je commencerais par rétablir le sens des mots» aurait dit Confucius, ce lettré et philosophe chinois ayant vécu cinq siècles avant Jésus-Christ. Traduction : la méconnaissance du sens de beaucoup de mots ou leur mauvaise interprétation rendent les peuples ingouvernables. N'ayant pas la même définition des termes employés, les habitants d'un pays, comme sa politique, "partent dans tous les sens".

Comment en effet conduire, diriger des hommes, si l'on ne parvient plus à comprendre, à "percevoir le sens" d'un texte, d'un discours, d'une explication, d'une allusion... ? Comment faire si l'on n'arrive plus à "s'entendre" dans tous les sens du mot : "se comprendre", mais aussi "se mettre d'accord" et "avoir de bons rapports" ? Car l'incompréhension conduit à l'inacceptation. La peur de l'inconnu est mère de tous les rejets.

Ne parlant plus la même langue, des compatriotes peuvent se retrouver comme entre inconnus, et ne connaissant que des bribes de leur langue, comme en pays inconnu, en terre inconnue. Etrangers les uns aux autres, mais aussi à leur environnement. Incapables d'entrer en communication, mais aussi de saisir le complexe, de «pénétrer dans tous les détails sans perdre de vue l'ensemble» comme écrivait Anatole France.

Sans les mots ou les bons mots pour les dire ou les comprendre, les idées s'égarent. A "chercher ses mots", on se met à "perdre le fil de ses idées", à "sauter d'une idée à l'autre". Et à comprendre ou à "dire un mot pour un autre", on en vient à "se faire des idées", à "avoir des mots avec" ses interlocuteurs. Et puis on ne parvient plus à "avoir de la suite dans les idées", on ne tient plus à ses idées, mais on en change à la demande.

Arrive-t-on d'ailleurs encore à avoir une idée par soi-même ? une idée originale : ni "empruntée" ni "soufflée". Certes, les avis, opinions, sentiments ne manquent pas, mais combien sont-ils sensés ? Contresens et faux sens sont courants. Même le bon sens fait défaut. On préfère se fier à son sixième sens, à son instinct. La sensation supplante la signification. On est "avide de sensations nouvelles", on "aime les sensations fortes".

Le sensationnel fait la une. L'on vise à enflammer les sens. L'insignifiant et le non-sens gagnent. L'insensé est encensé. Et puis l'important est de "faire sensation" pour l'emporter. Les recherches d'un sens - d'une direction et d'une raison - semblent abandonnées. Aurait-on renoncé à gouverner pour la propagande et sa langue de bois où «Nous ne parlons pas pour dire quelque chose, mais pour obtenir un certain effet» ? Dixit Goebbels.

01/08/2012

Le plus grand cirque du monde

Les dieux du stade ont donc investi les arènes de Londres. Devant des centaines de caméras, ils vont aller d'exploits en exploits, les commentateurs s'enflammant dans l'espoir d'entretenir notre intérêt pour ce qui n'est en définitive que des personnes qui courent, qui sautent ou qui lancent. Le monde entier, c'est-à-dire les habitants de la planète qui ont l'électricité et accès à la télévision, n'aura d'yeux que pour ces héros modernes, figures emblématiques de nos sociétés qui vouent un culte au corps, à la jeunesse et à la performance.

Plus vite, plus haut, plus fort, tel est le leitmotiv de ces Olympiades. Et Pierre de Coubertin doit se retourner dans sa tombe en voyant ces jeux transformés en enjeux médiatiques, politiques et financiers. L'essentiel n'étant plus évidemment de participer mais bien de gagner et parfois par tous les moyens. En termes d'image, de notoriété, de rentabilité, les JO sont une affaire, une gigantesque affaire de gros sous mais aussi une affaire de pouvoir. Les empereurs romains avaient déjà compris tout le parti qu'ils pouvaient tirer des combats de gladiateurs. «Panem et circenses», du pain et des jeux de cirque, voilà une méthode infaillible pour gouverner ou, devrions-nous plutôt dire, manœuvrer les hommes.

Mais pour l'occupation des masses, il ne peut y avoir de trou dans l'agenda du divertissement. L'euphorie se doit d'être perpétuelle (titre, en italique, d'un livre de Pascal Bruckner chez Grasset). Le spectacle permanent, voilà le mot d'ordre. Les médias, les sponsors, les Etats et nous spectateurs réclamons des compétitions, des records, des vainqueurs et des médailles. Ah ! ces champions au garde-à-vous tenant fièrement leur récompense, ces drapeaux qui claquent au vent et ces Marseillaises. Mais pendant que «l'étendard sanglant est levé», «qu’un sang impur abreuve nos sillons», que disons-nous, que faisons-nous du sang dopé qui coule dans les veines de combien d'athlètes montrés en exemple ?!

Eh bien ! malgré tout, nous regarderons ces conquérants de l'inutile se dépenser (pas vraiment sans compter) pour des gloires passagères et des trophées dérisoires. Peut-être juste pour s'enthousiasmer, peut-être pour rêver. Peut-être aussi pour combler le vide de nos existences et l'absence de sens de notre société où, au moment des jeux de Sydney en 2000, une vedette multimillionnaire du football¹, certes douée et sympathique, détrônait au hit-parade de nos personnalités préférées, un religieux sans le sou² ayant voué sa vie à ceux qui ne sont ni compétitifs, ni jeunes, ni en bonne santé, et qui n'ont ni l'électricité ni la télévision.

¹ Zinedine Zidane ; ² l'abbé Pierre

11/06/2012

Chacun pour soi et l'optimisme pour tous

Pour beaucoup, l'optimisme est une tournure d'esprit appréciée, comme une élégance même, et presque une qualité indispensable. Il s'en faut d'ailleurs de peu que l'optimisme ne soit enseigné dans les écoles de commerce ou de communication, d'administration ou de sciences politiques, etc. A entendre certains, l'optimisme s'il ne l'est pas, devrait être obligatoire et admis comme un dogme.

Et c'est cette profession de foi, cette doctrine philosophique, ce "Je crois que le monde est le meilleur et le plus heureux possible" qui paraissent suspects à certains. Bernanos écrivait : «L'optimisme m'est toujours apparu comme l'alibi sournois des égoïstes». Avec leur manière de "prendre les choses du bon côté, en négligeant leurs aspects fâcheux" - Prétexte pour ne pas avoir à les changer ?

Car cet optimisme est d'abord affiché et recommandé par ceux auxquels la vie sourit ou qui sont chargés de gouverner, de diriger, d'entraîner... S'agit-il donc pour chacun d'un optimisme par nature, par conditionnement, par conformisme ou par calcul, pour aboutir à ses fins, être accepté par les siens... ? Et sommes-nous heureux parce que nous sommes optimistes, ou optimistes parce qu'heureux ?

Parce que les égoïstes ne veulent que leur bonheur, le moyen le plus simple pour eux "de se disculper, de faire diversion" n'est-il pas d'appeler à l'optimisme ?! Suprême ruse dont les naïfs font les frais dans notre société de consommation et de compétition. D'autant que pour vendre et gagner toujours plus, il est conseillé de suggérer un optimisme béat chez les individus et de flatter leur "ego".

A tout subordonner à leur plaisir et leur intérêt personnels, les égoïstes en viennent à mépriser les autres : leur mal-être comme leur bien-être les indiffèrent. Ils se servent d'eux, prônant un optimisme de circonstance et les encourageant à se dévouer. Le discours est bien rodé. Il consiste à leur faire croire qu'ils agissent pour le bien commun, à leur laisser espérer une issue favorable, etc.

Mais pour ces autres, la voie est souvent sans issue et les "Ça ira mieux demain" ne sont là que pour les faire patienter jusqu'à la fin : la démission, la séparation, le licenciement, la retraite ou la mort. Les égoïstes profitent ainsi de la vie où«Tout est bien», et se donnent bonne conscience en prêchant un optimisme de bon aloi à tous ceux qui n'en ont pas les moyens mais s'efforcent de garder le sourire.