Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2012

Flagrant délit de fuite

Ainsi va notre époque : nous nous agitons, mais nous agissons peu, dans le sens de «transformer plus ou moins ce qui est», de changer le monde, de préparer l'avenir. Profiter du moment qui passe, jouir de l'instant, tel semble être notre unique souci. Et foncer tête baissée dans le brouillard, dans le mur peut-être. Au mieux, vouloir refaire le monde en paroles, mais en fait suivre le mouvement, être dans le mouvement.

Et comment pourrait-il en être autrement ? «La Fin de l'histoire» diagnostiquée par Francis Fukuyama, signifie que le modèle de la démocratie libérale paraît aujourd'hui indépassable. Bien sûr, il y aura des coups d'arrêt voire des retours en arrière, mais le chemin apparaît tout tracé. Et mises à part des améliorations ici ou là, notamment concernant la participation des citoyens et des salariés, il n'y a rien d'autre à espérer.

L'avenir n'est plus ouvert. Il n'y a plus d'horizon. Le quotidien envahit notre vie. «Une vie de détails», sans éclat, sans souffle ni élan, faite de "petits bonheurs" dont nous devons nous satisfaire. «No future», mais la routine d'un présent qui ne rime et ne mène à rien. Avec pour obsession : la fuite des temps morts dans des passe-temps stériles, de peur peut-être de nous retrouver seuls face à nous-mêmes et à notre misère morale.

Combien sommes-nous à nous réfugier ainsi dans un monde fictif pour échapper à l'insupportable réalité du présent ? Ce qui a de l'avenir, c'est le virtuel. Les trois "i" - images, icônes, idoles - nous maintiennent dans le "purement symbolique" ou l'illusion. Pourvoyeurs d'émotions, ils nous subjuguent, nous transportent "sur place" par médias interposés : BD, presse illustrée, cinéma, télévision, vidéogramme, ordinateur...

Et là devant nos écrans, devant tous ces "miroirs" qui nous renvoient des images d'Epinal, superficielles, des images déformées de la réalité, partielles voire partiales, des images qui nous embrouillent, nous aveuglent, nous abusent et obscurcissent plus qu'elles n'éclairent le présent et l'avenir, nous nous laissons aller, vivre et faire. Déconnectés du monde réel, nous nous vidons l'esprit devant le vide du spectacle présenté.

La torpeur nous envahit. Bien confortablement installés dans notre rêve éveillé, nous vivons sur des acquis et profitons de rentes de situation. Pourquoi ne pas laisser les choses telles quelles ? Ne vaut-il pas mieux ne pas trop réfléchir, ni trop se poser de questions ? et en rester à nos occupations pendant que d'autres s'occupent de parler et parfois d'agir à notre place, de nous endormir et de s'endormir sur des lauriers bien fanés.

09/07/2012

Au détour du Tour

Comme il y a huit ans, le Tour de France fait un détour par Besançon pour un contre-la-montre individuel qui s'imposait dans "la capitale du temps". A l'image d'une société où chaque individu ou entreprise est tout entier engagé dans une course contre la montre, cette épreuve voit chaque coureur s'élancer seul pour tenter d'aller le plus vite possible et plus vite que les autres concurrents. Car dans cette compétition aussi, «Le temps c'est de l'argent». Il ne faut donc pas en perdre sur les 41,5 km de cette neuvième étape.

En 2004, Lance Armstrong, surnommé "le Boss" et recordman du Tour avec sept victoires consécutives, avait été le plus rapide sur les soixante kilomètres du parcours de l'avant-dernière étape, la dix-neuvième. Le lendemain, c'était l'arrivée triomphale à Paris la capitale, et le défilé des valeureux cyclistes à l'ombre de l'Arc de triomphe, comme à Rome les guerriers vainqueurs couverts de lauriers. Le sport, pour paraphraser Françoise Giroud qui parlait du football, «c'est la guerre sans morts» ; en règle générale du moins.

Car il n'est plus rare de constater des maladies, des blessures et même des morts prématurées chez des sportifs ou anciens sportifs théoriquement pleins de santé ; comme il n'est plus rare de voir des spectateurs blessés parfois à mort sur les théâtres des exploits de leurs héros. Des exploits sans cesse améliorés, des limites du possible sans cesse reculées, pour assurer le spectacle ; fût-ce au mépris de la règle et de la vie.

Mais quoi qu'il en soit, le public se presse pour attendre des heures durant ce Barnum, ce grand cirque itinérant, et regarder passer en trombe la caravane publicitaire suivie de ces champions-sandwichs monnayant leurs prestations. Les "objets promo" jetés non sans mépris, sont l'objet de toutes les convoitises. Comme il est facile de flatter nos vices ! Et comme il semble difficile, au vu de cette ruée, de tomber plus bas !

Alors, pour changer d'air, la télévision apparaît pour une fois, comme une porte de sortie pour prendre l'air, une lucarne ouverte pour s'élever dans les airs. Vue du ciel, que la France est jolie, que la campagne est belle ! Les images d'hélicoptère amenuisent nos petitesses et nous rendent paradoxalement notre grandeur. Celle des défricheurs, des aménageurs, des bâtisseurs qui ont accompli des prouesses au cours des siècles.

En prenant ainsi de la hauteur, ces paysages pétris pour beaucoup par les mains des paysans d'hier et d'aujourd'hui, prennent toute leur dimension, tout leur relief. Ce patrimoine naturel et culturel s'étale devant nos yeux éblouis. Ajouté à un patrimoine architectural souvent remarquable, et nous voilà devant ce qu'il faut bien appeler un pays de cocagne débordant de merveilles. La France "vaut le détour", on n'a pas fini d'en faire le tour.