Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2012

Longue et heureuse vie !

Le bon sens semble faire défaut à nombre d'entre nous. En lisant La Billebaude d'Henri Vincenot, l'écrivain bourguignon, on peut se rendre compte que celui-ci n'en manquait pas. Ainsi, à propos de l'espérance de vie, Henri Vincenot cite des «vieux» de son village au début du XXème siècle, pour beaucoup âgés de plus de 85 ans, quand ils ne dépassaient pas allègrement les 90 ans : «Tout cela pour dire (...) deux choses : premièrement, que la jeunesse d'aujourd'hui aurait tort de s'imaginer que tout le monde, jadis, mourait de sous-développement à quarante-cinq ans, comme les astuces de la statistique tendent à le faire croire aujourd'hui. Secondement, que le genre de vie absolument primitif et aussi peu hygiénique que possible qu'avaient mené ces vieilles gens ne conduisait pas à la déchéance, tant morale que physique».

Henri Vincenot note combien «tous ces vieux» vivant au domicile de l'un de leurs enfants (frères et sœurs dédommageant ce dernier), restaient actifs et donnaient la main : «Si je vous raconte cela, c'est pour vous montrer comment étaient alors réglés ce qu'on appelle maintenant les "Problèmes du troisième âge". On peut avoir intérêt à méditer là-dessus, en notre grandiose époque qui pratique si délibérément l'abandon officiel des enfants et des vieillards, tout en leur consacrant par ailleurs tant d'articles exhaustifs dans la presse, tant de discours à la tribune et tant de crédits pour réaliser à leur égard la ségrégation des âges avec les crèches, les écoles enfantines, les asiles et les maisons de retraite. Pour parler clair, je dirai qu'il n'y avait pas de "problème de l'enfance" ni du "troisième âge", parce que la famille assumait alors toutes ses responsabilités».

Plus loin et pour finir, Henri Vincenot évoque l'arrivée d'un poste à galène chez ses grands-parents et la réaction du grand-père : «(...) en quelques instants, il avait appris tant de catastrophes et de menaçantes foutaises, qu'il avait piqué une colère noire. (...) et il s'était mis à manger moins, à ne plus pouvoir s'endormir avant neuf heures du soir, à rabrouer son monde (...). Bref, la famille sombra (...), écrasée par la plus maligne des maladies épidémiques : L'INFORMATION ! (...). Un jour que le bavard du micro rendait compte de l'effondrement des cours, de "l'effroyable montée du chômage", des grèves et des premières occupations d'usines, je le vis se congestionner comme un coq-dinde amoureux, arracher les écouteurs, en faire, avec le fil de prise de terre, un paquet qu'il envoya directement dans les cendres de la cheminée en criant : (...) Vous voyez pas que ce sacré vains dieux d'appareil va (...) me gâcher mon bon temps ? (...). Mon grand-père venait, sans peut-être s'en rendre compte, de prolonger sa vie de vingt ans et sans doute davantage».

Longue et heureuse vie !