Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2018

Décider, est-ce diriger ?

Il ne semble pas y avoir de différences fondamentales à première vue. Le dirigeant est celui ou celle qui dirige, c'est-à-dire qui conduit, mène une entreprise, une opération, des affaires... Quant au décideur, c'est une personne physique ou morale habilitée à prendre des décisions. Il paraît évident qu'un dirigeant soit un décideur. Mais à y regarder de plus près, un décideur est-il toujours un dirigeant ?

Diriger, c'est gouverner, administrer, gérer, organiser, régir voire régenter. Diriger, c'est aussi inspirer, guider... Le dirigeant a l'initiative de..., conduit l'activité de..., exerce une action, une influence sur..., entraîne et contrôle. Le dirigeant peut ainsi porter le nom de responsable. Son pouvoir résidant dans cette possibilité d'agir sur..., dans sa compétence qui lui confère une autorité naturelle.

Décider, c'est régler, résoudre, trancher, arrêter, fixer, décréter. Décider, c'est aussi faire choix de..., opter, se prononcer sur..., se déterminer, parfois se résoudre à... Le décideur convainc, entraîne, persuade, pousse à agir. Le décideur peut ainsi porter le nom d'arbitre. Son pouvoir résidant dans cette possibilité de choisir, de porter un jugement, dans sa position qui lui confère une autorité hiérarchique.

Beaucoup de dirigeants ne sont-ils pas plutôt en fait des décideurs ? Parce qu'ils n'ont pas de pouvoir réel sinon le pouvoir de décision, parce qu'ils ne décident pas de la direction prise, parce qu'ils ne prennent pas d'initiative, parce qu'ils ne participent pas à l'entreprise, parce qu'ils ne contrôlent pas la situation, parce qu'en arrivant à cette haute fonction, ils ont atteint leur «seuil d'incompétence»

Et que dire quand ces décideurs n'assument plus leur pouvoir de décision, ou le détournent à leur profit ? quand ils n'osent plus trancher ? quand ils ne sont plus décidés, qu'ils manquent de caractère, de fermeté, de volonté ? quand ils ne cherchent plus à convaincre, à persuader... ? quand ils n'ont plus le choix ou que la solution leur est dictée ? quand leurs décisions ne sont pas suivies d'effet ?...

Indécision, impuissance, irresponsabilité... Il ne subsiste alors qu'une "comédie du pouvoir" faite d'airs assurés voire autoritaires, de luttes d'influences, de relations publiques... et privées, d'images de marque, etc. Et la perte de l'autorité, cette «supériorité de mérite qui impose l'obéissance sans contrainte, le respect, la confiance», prend l'allure d'une "démission", qui s'étend et devient collective.

04/06/2018

"Tromper pour gagner"

«Les grands appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner.» Nicolas Machiavel, l'auteur du Prince, ouvrage écrit en 1513, donnait ici un élément-clé pour comprendre la psychologie des hommes de pouvoir. Et l'on peut se demander si cet état d'esprit ne diffuse pas dans toutes nos sociétés gagnées par "la gagne" (la volonté de gagner ; la victoire, la réussite}, où le résultat prime sur l'art et la manière.

Paul Valéry écrivait que «La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir». Le pouvoir, pour quoi faire ? Pour ne pas "avoir à faire", juste "bien dire" et laisser faire ceux qui font ce qu'on leur dit. Le parti est le moyen d'y parvenir. Voilà pourquoi, selon Charles Péguy, «Tout parti vit de la mystique et meurt de sa politique». La mystique pour mystifier et gagner, est bien vite rattrapée par les réalités.

Du rêve à la réalité, de ses désirs aux réalités, le chemin est rude. «A qui vit de fiction la vérité est infecte» disait Victor Hugo. On ne veut pas connaître la vérité. «Le monde se nourrit d'un peu de vérité et de beaucoup de mensonge» (Romain Rolland) et le détromper n'est pas conseillé, car aux dires de Blaise Pascal : «Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu'ils se font haïr».

Désirant le confort, la sécurité, subordonnant tout à notre intérêt, remplis de préjugés, nous n'aimons pas que nos idées ou projets soient contrariés. Nous ne supportons pas la contradiction, mais recherchons l'approbation, la confirmation. Dans notre cocon, bercés de vaines promesses, par des histoires à dormir debout, nous fermons les yeux. «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir» observait Jean-Paul Marat.

Aussi nous prenons l'apparence du pouvoir pour la réalité. Les apparences sont trompeuses. Jean Peyrelevade, qui a dirigé le Crédit lyonnais, Suez et l'UAP, mettait l'accent dans son livre Le Capitalisme total au Seuil, sur l'impuissance du pouvoir politique dans un système où «La norme technique a remplacé la loi ; la commission indépendante, le législateur ; l'expert, l'homme politique ; et l'organisation internationale, l'Etat».

Les financiers tirent les ficelles, et les dirigeants avec leurs concitoyens «tirent chacun par le fil de ses passions ou de ses intérêts, et (...) en font des marionnettes» (Balzac). Qu'ils font vivre selon un seul modèle, celui de l'entreprise, dont Andréu Solé, professeur de sociologie à HEC, disait que «c'est un totalitarisme», puisque tout gravite autour et se fait par rapport à elle. Décider de tout, forcer l'obéissance, là est le vrai pouvoir, caché.

16/04/2018

La faute à l'injustice et l'impuissance

Il y a à peu de chose près seize ans, les résultats du premier tour de l'élection présidentielle firent l'effet d'un coup de tonnerre. Souvenons-nous.

 

Alors que tout démocrate aurait dû s'incliner devant le verdict des urnes tout en recherchant des réponses, pas seulement électoralistes, aux raisons profondes d'un tel vote pour les extrêmes et d'une telle abstention, de partout ne résonnèrent qu'anathèmes et slogans. Plus que les résultats du premier tour, n'était-ce pas les réactions à leur annonce qui soulignaient l'extrême fragilité de notre démocratie ?

Nous avons ainsi pu voir des manifestants, jeunes pour la plupart, croyant défendre la démocratie en danger. Mais aussi des journalistes inquisiteurs affichant ostensiblement leur opinion. Et puis des moralisateurs désignant à la vindicte publique les "responsables". Sans oublier de "courageux" corps intermédiaires volant au secours de la victoire de Jacques Chirac au second tour.

Et que dire de la plupart des politiques qui plutôt que de tirer les enseignements du scrutin, repartirent dans leurs officines pour tenter les mêmes "rafistolages" qui les discréditent un peu plus à chaque élection ?! Résultat, après un premier tour sans réel débat, un second tour court-circuité et de grandes manœuvres pour des Législatives qui virent comme de bien entendu la gauche revenir dans la partie.

Les mots ronflants, les manifestations arrogantes, les simplifications grossières parvinrent-ils pour autant à masquer le vide de ce cinéma démocratique ? Non. Il ne suffisait pas de se donner bonne conscience à peu de frais, il s'agissait de prendre toute la mesure de la révolte exprimée par le vote en faveur des extrêmes (plus d'un tiers des votants), amplifié par l'abstention (près d'un tiers des inscrits).

Déçus, écœurés ou blasés, ces électeurs avaient-ils fini par se détourner d'une classe politique qui s'était détournée d'eux et ne leur reconnaissait plus vraiment la qualité de citoyen ? C'est en effet dans cette reconnaissance que s'affermit la démocratie, qui ne peut être une chasse gardée pour "apparatchiks", initiés ou gens arrivés, qui s'érigèrent  un peu facilement à l'époque en "pères la morale républicaine".

Mais ces électeurs désemparés disaient peut-être autre chose encore, et continuent de le dire aujourd'hui, sans qu'on les écoute davantage. Et si c'était que ce monde qui se construit et "réussit" sans eux, leur paraît étranger et hostile, qu'ils voient leur vie leur échapper, et la situation échapper à ceux censés la maîtriser ? Faisons attention à ces sentiments d'injustice et d'impuissance qui ne cessent de monter. N'y ajoutons pas le mépris.